La revue 1147

La revue 1147, notre revue de Droit animalier

« Par droit animalier, on entend l’ensemble des dispositions légales et réglementaires actuellement en vigueur portant sur les animaux »[1]. Si cette matière peut être vue comme transverse, empruntant à d’autres branches déjà connues et étudiées, une part de plus en plus importante de la doctrine lui reconnaît la qualité de matière à part entière[2]. L’étude de cette discipline est actuellement en plein essor, ce qui se traduit notamment par l’apparition de nouvelles formations[3], et la multiplication de textes et commentaires portant sur le droit animalier[4].

Et cela à juste titre ! L’animal occupe une place grandissante au sein de notre société, et l’opinion publique s’émeut de plus en plus du sort de l’animal, exploité[5] ou non. Les juges sont de plus en plus enclins à se saisir de questions portant sur le droit animalier, permettant d’éclaircir certains points ou de préciser les limites de certaines dispositions en matière animale[6].

Toutefois, l’animal n’est que peu souvent – à tort – étudié au regard du Droit des affaires. C’est pourtant à l’aune des règles du droit de la consommation, du droit des sûretés, ou du droit applicable aux professionnels de l’élevage ou des spectacles animaux, que le chemin reste le plus long à parcourir en matière de Droit animalier.

C’est ainsi que naît la Revue 1147, revue spécialisée en ce que l’on pourrait appeler le Droit animalier des affaires.

Commentaires de textes ou de décisions, analyse de l’actualité et réflexions juridiques autour de l’animal, la Revue 1147 est accessible à tous, juristes ou profanes, spécialistes ou non.


dsfsd


[1] J.-P. MARGUENAUD, F. BURGAT, J. LEROY, Le droit animalier, Ed. PUF, 2016, p. 23

[2] Cf. notamment J.-P. MARGUENAUD, F. BURGAT, J. LEROY, Le droit animalier, Ed. PUF, 2016

[3] Diplôme d’Université en droit animalier dispensé par l’Université de Limoges, Diplôme d’Université en Droit des Animaux dispensé par l’Université de Toulon, etc. 

[4] Cf. notamment la RSDA, la revue trimestrielle de la Fondation Droit Animal

[5] Exploité au sens d’utilisé à des fins de production, de consommation et/ou de divertissement

[6] Voir notamment J.-P. MARGUENAUD, « Une révolution théorique : l’extraction masquée des animaux de la catégorie des biens », JCP 2015. p. 501

ddd

dddd